Evenements·Internet

AfIGF2018: Une bonne gouvernance de l’Internet commence chez soi

« Le développement de l’économie numérique et des technologies émergentes en Afrique » était le thème du 7ème forum africain sur la gouvernance de l’Internet, qui s’est tenue à Kharthoum – Soudan du 04 au 06 novembre 2018. J’ai eu la chance de participer à ce forum en tant que youth IGF ambassador pour le Mali, rapporteur et eut la chance de participer à l’un des panels. Une belle expérience que je partage avec vous à travers cet article.

Alors, commençons par le début !!

Forum sur la gouvernance de l’Internet (FGI)

Le FGI est un forum initié par les Nations Unies en 2006 en tant que plate-forme mondiale pour un dialogue multipartite sur les questions actuelles et émergentes relatives à la gouvernance de l’Internet afin de promouvoir la durabilité, la robustesse, la sécurité, la stabilité et le développement de l’Internet. Depuis lors, le FGI est un évènement annuel qui a pour objectif de rassembler les membres de divers groupes de parties prenantes sur un même pied d’égalité pour discuter sur des questions de politique publique relatives à Internet. Lors de ces réunions annuelles, les parties prenantes d’Internet discutent, échangent des informations et partagent leurs bonnes pratiques. Le FGI facilite une compréhension commune sur comment maximiser les opportunités sur Internet et gérer les risques et défis qui surviennent. Plus d’informations sur le FGI

Le FGI à travers le monde

La première fois que j’ai assisté au FGI lors de la 11ème édition du FGI mondial à Guadalajara – Mexique, j’étais submergé par tout ce qui se passait. Les réunions, toutes les communautés de la GI du monde entier discutant des mêmes questions, échangeant des idées etc. Ce fut une révélation pour moi, un nouveau départ. Je me souviens m’être dit que le FGI global, aussi merveilleux soit-il ne suffisait pas pour discuter pleinement de toutes les préoccupations de toutes les communautés, il était nécessaire d’avoir des initiatives locales plus petites pour pleinement appliquer le modèle multipartite. Lors des réunions de FGI, l’accent peut être mis, par exemple sur l’IA, alors que dans d’autres communautés, l’accent est beaucoup plus sur l’accès à l’Internet. Ce qui ne convient pas forcément à ces communautés. Grâce aux initiatives FGI locales, ces communautés peuvent discuter davantage de leur domaine d’intérêt localement tout en participant au reste des discussions au cours du FGI mondial. Le FGI existe assez longtemps pour que quelqu’un d’autre est pensé à cela, avec la mise en place des initiatives FGI régionales et nationales, ainsi que les initiatives FGI de la jeunesse.

J’ai toujours été obsédé par l’organisation des choses par niveau, pour moi, les initiatives locales du FGI sont un bon moyen de concrétiser et de renforcer l’approche ascendante du processus de GI. Ces initiatives permettent d’examiner des questions plus spécifiques au sein d’une nation, d’une communauté et donc d’être mieux préparées à exposer ces idées au cours du FGI global. C’est dans ce cadre que le AfIGF a vu le jour, le Forum sur la gouvernance de l’Internet pour l’Afrique.

Forum africain sur la gouvernance de l’Internet (AfIGF)

AfIGF vise à être une plate-forme de discussion multilatérale, multipartites et multilingue sur des questions relatives à l’Internet en Afrique en général et aux questions de gouvernance de l’Internet en particulier. Comme indiqué dans ses principaux objectifs; L’AfIGF est LE lieu idéal pour veiller à ce que les préoccupations de l’Afrique soient prises en compte dans le processus du FGI, Pour sensibiliser davantage les utilisateurs africains à la gouvernance de l’Internet et renforcer leurs capacités, Mettre en place un processus africain coordonné pour traiter des questions de gouvernance de l’Internet sur le continent, renforcer le modèle de dialogue multipartite pour la gouvernance de l’Internet en Afrique par le biais de forums régionaux et nationaux, veiller à ce que tous les pays participent aux processus régionaux et lancent / renforcent leurs processus nationaux, etc.

Actuellement sur le continent, cinq initiatives régionales sont en cours: le Forum sur la gouvernance de l’internet en Afrique de l’Ouest (WAIGF); le Forum sur la gouvernance de l’internet en Afrique de l’Est (EAIGF);  le Forum sur la gouvernance de l’Internet en Afrique centrale (FGI-CA); le Forum sur la gouvernance de l’internet en Afrique australe (SAIGF). Plus d’information sur AfIGF

AfIGF2018

La 7ème édition de l’AfIGF était en fait ma première participation au FGI africain. J’étais ravi d’apprendre que je participerais aux discussions cette année. Rien ne pouvait se mettre entre moi et Khartoum, pas même un voyage épuisant de milliers de kilomètres. Les discussions étaient très intéressantes, de l’accès à Internet à la sécurité, en passant par l’IA. C’était une superbe expérience de rencontrer tous ces gens brillants, concernés et travailleurs de la communauté FGI africaine. En dehors des discussions, ce que j’ai le plus remarqué, c’est que : le FGI africain a besoin de plus d’Africains, de plus de diversité, de plus d’opinions, de plus d’idées, etc.

Les prochains milliards d’utilisateurs d’Internet seront pour la plupart d’Afrique, sachant que la population de jeunes en Afrique est la plus nombreuse au monde, la majorité de ces nouveaux internautes seront des jeunes etc.… Autant de raisons pour que nous, Africains, soyons préoccupés par l’avenir de la technologie en Afrique, principalement l’avenir d’Internet et de son utilisation.

Les résultats de nos discussions sont disponibles ici. Mais pour moi, le rapport a besoin de plus d’informations. Je suis sûr qu’en le lisant, vous penserez à quelque chose à ajouter, quelque chose auquel nous n’avons pas penser. Et c’est cela l’idée manquante qui pourrait tous changer, l’idée manquante pour compléter le rapport.

Le FGI africain a besoin de nous tous pour produire de plus amples informations.

Le FGI africain a besoin de VOUS.

Read the article in English here.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *